Si Arles et Nîmes regorgent d’adresses très sympas qui, dès mi-mai, vont reprendre du service en terrasse (les entendez-vous, vous aussi, ces bruissements de casseroles qui réveillent les cuisines ?), les mois confinés nous donnent aussi envie d’évasion, d’extérieur, de plein air. Voici une sélection d’une poignée d’adresses gardoises et camarguaises, que l’on aime autant pour leurs propositions dans l’assiette que pour leur ambiance décontractée et leur cadre, bucolique, décor idéal lorsque les beaux jours reviennent pour vivre des moments suspendus, dès le 19 mai. 

La Courtille – Tavel
Une valeur sûre lorsque l’on se rapproche du Rhône et du département voisin Le Vaucluse. La Courtille, installée dans une ancienne magnanerie et qui est restée active durant le confinement, séduit d’abord par son cadre : son parc, ses arbres centenaires, ses vignes, ses végétaux, ses vitraux… Et puis, le second effet kiss cool vient à table et de Natalia Crozon, avec son offre saisonnière, faite maison. On parle souvent du fromage de tête mais ses recettes à base d’artichauts, de maquereau, de porc et même ses œufs mayonnaises défendent un savoir-faire ancestral, artisanal et sincère. Jolie place qui ne risque pas d’aller s’approvisionner très loin de son QG, Tavel. Côté vin, place aux vignerons qui défendent une certaine éthique de leur métier, le tout inspiré par la famille Pfifferling. Un endroit qui, de notre point de vue, à tout pour plaire, d’autant que l’on s’y retrouve dans une ambiance légère et conviviale.
208 chemin des Cravailleux, Tavel.
Réservations : 06 59 40 47 11.

Volver – Serviers
Un lieu nouveau et qui fait déjà beaucoup parler de lui, dans l’Uzège cette fois. Ici aussi, le cadre est un véritable atout : dans la campagne, une bastide aux murs couleur sable et aux volets bleus dotée d’une grande terrasse ombragée grâce à sa pergola, qui appelle aux plaisirs de la table. C’est ici que le chef Krishna Léger officie, honoré d’une assiette Michelin en janvier dernier, à la recherche de mariages savoureux, pour une cuisine de marché, bistronomique comme on dit maintenant, réalisée à base de produits frais et locaux. En plus, le chef en question qui n’a quand même pas eu des débuts faciles – ouverture en 2019 suivi de la pandémie ! – et qu’on a bien envie de soutenir, a signé la charte Ethic Océans. On applaudit.
Réouverture le 19 mai, à midi.
Réservations conseillées : 04 66 20 48 99.
Rond-Point de Serviers.

Aux saveurs de Bourgarel – Gallican 
Ici, c’est bien simple, il n’y a pas de salle ! Et c’est une invitation au jardin que propose Pierre et Elena, à la tête de cette ferme-auberge, Les saveurs de Bourgarel, où le jeune couple cultive à l’année, sur un sol vivant, des fruits et légumes pour en faire des conserves. Au printemps et à l’été, place à la table d’hôte. Tous les légumes et fruits dans l’assiette proviennent donc du lopin de terre situé à côté de la table où vous mangerez (“au milieu des légumes”, sourit Pierre!) et les viandes sont issues des élevages voisins. Une expérience très sympa et originale à vivre à Gallician, un coup de coeur pour cette démarche qui permet aussi de découvrir les multiples facettes de ces restaurateurs-agriculteurs (ou inversement!) , dont leurs chocolats…
Route de la Laune. Réouverture mi-mai les week-ends.
Réservation : 06 87 92 42 16.

Le Flamant rose – Albaron 
Sur la route des Saintes, que l’on arrive de Nîmes ou d’Arles, impossible d’éviter Albaron, son église… et ce restaurant adossé à l’école, une institution sur la route de la Camargue ! Simplicité et sincérité dans l’assiette, convivialité sur la terrasse, pour une plongée gustative en Provence et en Camargue. Le chef n’est pas membre du conservatoire de cuisine de Camargue pour rien, il défend les fruits de son environnement et travaille avec des produits bruts, essentiellement frais, de saison, et équitables : les poissons, les coquillages, la viande de taureau. 
Réouverture le 20 mai, en terrasse donc dans un premier temps.
Sur la D37.
Réservations : 04 90 97 10 18.

Mais aussi… Le tracteur – Argilliers
C’est un endroit que l’on a aimé et l’on a bien envie de rester sur cette impression. À Sanilhac, Patrick et Dominique sont les nouveaux et heureux propriétaires au volant du Tracteur, un lieu magique. Là encore, atmosphère champêtre assurée avec cette vieille bâtisse, ses oliviers, les tonneaux devenus tables et les guirlandes lumineuses et colorées. Quelques modifications côté décor, avec l’aménagement d’une nouvelle terrasse et la mise en place d’un Track Bar qui permettra de venir boire un verre – sans obligation de manger ensuite aux restaurants -. Et dans l’assiette justement, le couple veut garder le même esprit, une cuisine inspirée du marché et à base de produits frais, pour reprendre le flambeau de Numa, l’ancien chef des lieux. À tester !
Réouverture le 19 mai, pour les repas du midi.
Quartier Bornègre, Argilliers.
Réservations : 04 66 62 17 33.

NB. Nous attendons la réouverture du Tracteur pour accompagner notre topo d’une photo actualisée !