Vous y arriverez peut-être par hasard, mais vous n’y retournerez certainement pas par hasard : à deux pas des Halles et pourtant un peu caché, le Café Bizarre est une vraie bonne adresse pour les épicurieux !

Aux manettes depuis peu, un certain Vincent Gournier que les fins gourmets nîmois auront auparavant vu officier à l’Imprévu, place d’Assas. Onze ans après son arrivée dans la préfecture gardoise, ce Lyonnais a eu envie de voler de ses propres ailes pour prendre la barre d’une autre embarcation, le tout dans une atmosphère détendue et pro. 

Mais il faut bien l’avouer, le nouveau propriétaire aurait pu rêver un début plus prometteur. « On a eu du nez, ironise-t-il. On a repris le 22 février », d’une année 2020 surréaliste. « À peine un mois plus tard, on fermait, l’âme en peine, mais nous n’avions pas le choix », commente Vincent dont l’optimisme à toute épreuve lui à permis de rebondir, grâce aussi au soutien indéfectible de toute sa famille. Voilà donc, après quelques semaines en eau trouble où l’équipe a néanmoins pu tester la vente à emporter, le Café Bizarre qui reprend son rythme de croisière depuis l’été. Au service, aidé de Julie et Robin, Vincent assure, entre humour et efficacité, auprès des clients venus apprécier la justesse d’une carte gourmande.

Aux fourneaux, ouverts sur la salle façon déco industrielle, opère Yvan qui s’évertue à transmettre une cuisine de bistrot généreuse dans l’assiette. Et signe particulier de ce restaurant : les frites, qu’on croirait ici venue d’une friterie belge, et qu’il vous faut goûter !

Aux fourneaux, ouverts sur la salle façon déco industrielle, opère Yvan qui s’évertue à transmettre une cuisine de bistrot généreuse dans l’assiette. Et signe particulier de ce restaurant : les frites, qu’on croirait ici venue d’une friterie belge, et qu’il vous faut goûter !

À la façon des bouchons lyonnais, le Café Bizarre n’hésite pas à proposer une cuisine de brasserie franchouillarde comme des plats plus modernes. Il y a à la carte un indémodable tartare de bœuf, un incontournable burger qui évolue en fonction de l’arrivage et des saisons (vous aurez le droit durant la feria à un burger de taureau) et plus rare, un gravelax de saumon. Ainsi qu’un plat végétarien en permanence, histoire de ne laisser personne sur la touche. Côté vin, celui qu’on sait passionné des prestigieux Condrieu élargit ses horizons et aime aussi dégoter des vins inattendus (un vermentino des Hautes-Alpes par exemple !) qui rendront convivial sans se ruiner un repas entre amis. Et oui, ce resto bien sympa aime les bizarreries. Nous aussi d’ailleurs !

Café Bizarre
15 rue Littré
Ouvert le lundi et mardi midi, fermé le mercredi, les jeudi, vendredi et samedi, midi et soir et le dimanche midi.