Au cœur des Costières de Nîmes, la route des domaines viticoles serpente entre les vignes, actuellement au repos après la saison des Vendanges, et passe par le Château Guiot. Ici, deux frères, Numa et Alexis Cornut, les jumeaux comme on les surnomme souvent, ont repris le flambeau de leur papa, François, trop tôt décédé, avec toujours l’aide de leur maman Sylvia. À la tête de ce grand domaine, les deux jeunes vignerons qui ont décidé de passer au bio s’investissent à 200%, imaginent de nouvelles cuvées, rendent hommage à leur père comme ils s’amusent aussi avec de nouveaux assemblages…

Malgré un emploi du temps bien rempli, Alexis n’est pas en manque de nouveaux projets. Il s’est lancé un autre défi, il y a peu, en décidant, sur une idée lâchée par son cousin vivant en Angleterre, de faire un gin de Nîmes. « Quand il m’en a parlé, je lui ai dit que j’avais déjà assez de travail mais avec ma compagne Ingrid Lopez, on y a repensé, on s’est dit qu’on pouvait faire quelque chose de bon, d’original, qui soit révélateur de notre terroir, la garrigue. » Le duo se met donc en tête de créer une recette 100 % locale et bio : « Pour nous, c’était comme une évidence de proposer un produit bio. »

Avec un distillateur basé à Thurennes, les voilà à tester différents assemblages, où toutes les matières premières sont distillées séparément dans un alambic à double colonne. Pas moins de 14 botaniques sont réunies dans la recette qui a mis du temps à voir le jour. « On n’arrivait pas à trouver le bon équilbre, se souvient Numa. Un jour, en me baladant près de chez moi, je suis passé sous un pin, et là, j’ai eu le déclic. Cette odeur d’aiguille de pin, il me la fallait dans le gin ! J’en ramasse une poignée et je la porte au distillateur. Il s’est d’abord moqué de moi. Mais aujourd’hui, c’est ce qui fait en partie notre différence. Nous avons choisi de sélectionner le meilleur de chaque botanique, le cœur de chauffe. Nous avons aussi choisi de partir avec un alcool de base vinique, ce n’est pas si fréquent pour le gin. »

Numa Cornut et Ingrid Lopez imaginent aussi une bouteille qui rend hommage à la ville du jean, Nimes et son denim. Un produit qui serait un peu emblème de la capitale gardoise. « Chaque bouteille porte une collerette en jean », ajoute le Gardois, qui le dit aussi : « Nous sommes au tout début de l’aventure. Pour le moment, tout est fait à la main, la mise en bouteille, l’étiquetage, l’habillage… » Un parfum d’agrumes mêlé aux plantes de garrigue s’échappe du verre, une certaine fraicheur et une salinité apportée par la salicorne et la fleur de sel de Camargue, restent en bouche… Ce gin-là cultive une vraie différence et ne ressemble à aucun autre. Et Numa Cornut espère encore créer la surprise avec quelques-uns de ses amis restaurateurs qui travaillent déjà à élaborer des recettes, où le Blue Denim apportera toute sa puissance aromatique… dans l’assiette cette fois !

En vente chez Alain Bosc Aux plaisirs de la table rue racine à Nîmes, et dans les caves de la région. Information sur la page Facebook Le Blue Denim.